• Hela

L’histoire du Khôl

Dernière mise à jour : 8 avr. 2021

Une Interview avec Dr. Mona Erian de Néfertari


Bonjour, aujourd'hui Hela on the Nile interviewe le Dr Mona Erian, fondatrice de la marque Néfertari, pionnière égyptienne des cosmétiques naturels. Nous allons nous concentrer sur l'histoire du khôl, connu à travers le monde comme ‘eye-liner’. Dr Mona, avant de commencer, pouvez-vous nous parler un peu de Néfertari, et nous expliquer pourquoi vous avez choisi ce nom ?


J'ai lancé Néfertari depuis la cuisine de ma maison. Et je l'ai appelé Néfertari, parce que je voulais un nom égyptien, qui soit lié à la beauté. Néfertari était la femme de Ramsès II. Son nom signifie la plus belle de toutes : elle était connue pour être la plus belle femme de son époque. C'est pourquoi j'ai choisi ce nom.


Et aujourd'hui, nous, les Égyptiens, connaissons bien le khôl, ou le mot khôl. Quelle est la différence entre le khôl de l'Égypte ancienne et le khôl que vous fabriquez aujourd'hui ?


Il n'y a aucune différence, je produis le même khôl, en utilisant la même technique que les anciens Égyptiens. Je m'explique : les Égyptiens de l’époque avaient deux sortes de khôl. L'un d'eux provenait d'une montagne à Assouan, en Haute-Égypte. Ce khôl contenait un pourcentage très élevé de plomb, et n’était ainsi jamais utilisé pour les personnes vivantes. Il était utilisé pour les momies, les sarcophages, les statues, pour y peindre le très célèbre œil d'Horus. C'est une couleur noir foncé qui reste noire pour toujours. Nous avons des statues qui ont peut-être 4000 ou 5000 ans et dont le khôl est encore visible aujourd'hui.


Des échantillons ont été prélevés dans de petits pots contenant du khôl au Nouveau Musée du Caire, et il en a été déduit que ce type était fait pour les vivants. Il était composé de gomme d'encens de Somalie, apportée en Egypte par la route des roses, et d'huile d'olive venant de pays à l'ouest de l'Egypte : Tunisie, Algérie ou Libye. Ce qu'ils faisaient à l’époque, et ce que nous faisons aujourd'hui, est de faire tremper la gomme d'encens dans l'huile d'olive pendant six mois. Nous la brûlons ensuite et récupérons la fumée. S'agissant d’un état volatile, la taille des particules est minime, plus fine que n'importe quelle poudre que vous pourriez fabriquer, car il s'agit d'un gaz et non d'une poudre. Nous recueillons donc la fumée, et pendant qu'elle est encore très chaude, fraîchement créée, nous la mettons dans nos récipients à khôl. Ceux-ci sont en bois et 100% faits à la main. Vous avez donc maintenant le même khôl avec la même formule que les anciens Égyptiens.


Et ce khôl est très sûr parce que c'est une gomme qui a été brûlée, et qui est donc stérile. Vous pouvez l'appliquer et vous n'avez pas besoin de le retirer. La plupart des maquillages fabriqués de nos jours exigent que vous vous laviez très bien le visage, que vous l'hydratiez après, car ils sont pleins de produits chimiques et peuvent provoquer des allergies aux yeux. Mais le khôl naturel que nous produisons est stérile et propre et n'a pas besoin d'être retiré. Dans les campagnes égyptiennes, il est très fréquent de trouver des bébés, des nouveau-nés sur lesquels on applique du khôl. On a pu penser que cette pratique était liée la tradition, mais un médecin a expliqué qu’elle était en fait liée à des raisons médicales. En effet, lors de l'accouchement, le bébé peut entrer en contact avec des organismes qui provoquent des irritations ou des infections oculaires. Ainsi, lorsque le khôl est appliqué, il stérilise la zone, protégeant ainsi les yeux.


Eh bien, merci Doctora, jusqu’à la prochaine fois ! A bientôt sur Hela on the Nile !


Écouter l'interview du Dr. Mona Erian de Néfertari ⤵️


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout